Les méfaits du T.H.C. dans les joints

Les méfaits du T.H.C. dans les joints

Conférence du Professeur Jean COSTENTIN

LES DROGUES ILLICITES

LE CANNABIS ou Tétra-hydro-cannabinol (T.H.C.)

1 500 000 usagers réguliers en France

Le chanvre indien est une plante sauvage à l’origine, différente du chanvre textile cultivé, trouvée sur les pentes montagneuses du Tibet. La plante se couvre spontanément d’une résine, le cannabis, pour se protéger du froid. Le commerce, bien qu’illicite, est florissant, et au Maroc, 100 000 hectares de chanvre indien sont cultivés, avec plus ou moins grande tolérance.

La consommation est multiple : la plante elle-même, ses feuilles, ses fleurs (la BEUH), et sa résine (c’est le haschich ou le shit).

La plante est battue, et les fins globules de résine se détachent. Ils sont agglomérés à différents produits, comme de la poudre de tabac, mais aussi des colorants, de la poudre de verre, des déjections de chameau, du henné…, ce qui prouve le peu de cas que font les trafiquants des consommateurs.

La résine peut se consommer égrenée dans du tabac et fumée.

Il faut noter que, bien que l’usage du cannabis soit interdit, les grandes feuilles de papier à cigarette, qui ne servent qu’à « rouler des pétards », restent en vente libre dans les bureaux de tabac !

Le joint présente un défaut majeur : au bout de quelques bouffées, environ 20 à 30 ml de fumées aspirées par le joint, les fumées irritantes, dont le Tétra-Hydro-Cannabinol, ou T.H.C., chauffent énormément. L’utilisateur est contraint de stopper l’aspiration bucco-pulmonaire pour ne pas se brûler, « ça crame la gueule »

La résine peut également être utilisée dans une pipe à eau, le chilom, ou bang, ou bong…

Dans le chilom, les fumées sont refroidies, et les substances irritantes restent dans l’eau, SAUF le T.H.C. qui est INSOLUBLE dans l’eau. Avec un système de pipe à eau, on va aspirer et inhaler 100 fois plus de fumées qu’avec un joint, jusqu’à 4000 ml (4 litres) de fumées par séance.

Avec un chilom, en 30 secondes, et jusqu’à 1 minute 1/2 d’apnée pour les plus entraînés, le T.H.C. passe des poumons au courant respiratoire, afin d’être envoyé directement au cerveau. Le T.H.C. est plus rapide car c’est une substance LIPOPHILE, çàd soluble dans les graisses.

Le cerveau, à chaque systole, reçoit ¼ du sang ventriculaire, mais la barrière hémato-encéphalique retient nombre de substances médicamenteuses. Le cerveau étant composé en majorité de graisses, les molécules de T.H.C. passent directement la barrière hémato-encéphalique « sans être arrêtées » et arrivent au cerveau en direct, beaucoup plus rapidement que d’autres substances.

Pour obtenir une ivresse cérébrale, il suffit, par litre de sang, d’avoir une concentration en

Alcool : 1 gramme par litre de sang, soit 8 verres d’alcool

Morphine : 1 mg / l

T.H.C. : 1µg / l (un millionième de gramme va développer les effets cérébraux du T.H.C.)

L’on peut comparer l’effet du T.H.C. à la marée montante. Les 20 premières vagues de la marée montante sont avidement absorbées par le sable sec, puis le sable mouillé rejette les suivantes.

Le T.H.C. donne des vagues lipophiles, qui sont avidement bues par les graisses du cerveau, les graisses de la taille, etc… jusqu’à saturation des graisses du corps en entier.

 

Laisser un commentaire